Lieux familiers, temps inconnus

Exposition solo à la galerie d’art Propeller à Toronto

Mes œuvres sont principalement inspirées par les paysages. Par le paysage du Nord – Nord du Canada, Islande, Irlande, Écosse. Par le grand ciel. Par la mer.

Il s’agit de mémoire – de l’atmosphère, de l’impression laissée par un lever ou un coucher de soleil ou un soleil de minuit, par un ciel nocturne, par un bref regard sur les nuages ou l’horizon ou la terre ou la mer. Ils sont l’abstraction de cette mémoire. Ils sont l’imagination de cette mémoire. Ils semblent être des endroits familiers. Cependant, ce que nous pensions reconnaître est devenu plus ambigu, plus mystérieux.

Nous vivons à une époque où nous recherchons si souvent des réponses immédiates, une gratification instantanée, où un extrait sonore de 15 secondes est la seule attention que nous pouvons accorder. Les peintures de cette exposition transportent le spectateur et l’artiste à une époque qui ne nous est peut-être plus familière – lorsque nous nous asseyons et contemplons, lorsque nous prenons le temps de ralentir, de laisser les peintures se révéler lentement, de créer notre propre récit. A bien des égards, nous vivons une époque peu familière.

Les peintures de cette exposition ont toutes été réalisées avec un couteau à peindre, un outil qui, pour moi, est un processus beaucoup plus lent et contemplatif que l’utilisation de pinceaux. Tous ont été achevés en 2022.